Nos offres   17 novembre 2015

Une industrie qui fonctionne à pleins gaz grâce à John Deere

En 1929, l'entreprise Union Electric Company a acquis le fleuve Osage à Bagnell, dans le Missouri, créant le barrage hydroélectrique d'Osage, des milliers d'emplois et un réservoir nommé Lake of the Ozarks, offrant un périmètre de 1 850 km (1 150 milles) et plus de 220 km­­² de plan d'eau récréatif dans le Mid West. Les États-Unis ont ainsi été dotés d'un nouveau lieu de villégiature et d'une centrale permettant de distribuer 215 mégawatts d'électricité aux habitants du Missouri par l'intermédiaire de lignes électriques à haute tension.

Aujourd'hui, on trouve une autre forme d'énergie sous ces lignes électriques. JF Construction pose plus de 80 km (50 milles) de gazoduc en acier de 16 cm (6 po) de diamètre sur ces terres vallonnées, le long des lignes électriques, et même sous le Lake of the Ozarks lui-même.

« Je suis un gars de la campagne originaire de Dewitt, dans le Missouri », affirme Jim Frock, propriétaire de JF Construction. « Cependant, avec le développement de l'exploration des sols à la recherche de gaz naturel, notre entreprise a subi une forte croissance au cours des sept dernières années, et je suis fier de dire que nous avons employé beaucoup de gens très compétents partout où nous avons travaillé ». La liste de ces lieux et des entreprises du secteur de l'énergie avec lesquelles JF a travaillé s'allonge chaque année, et inclut des kilomètres de gazoduc dans l'Arkansas et un grand projet lié au gaz naturel en Pennsylvanie.

Spécialiste de l'installation, du soudage et de l'enfouissement de tuyaux d'acier en zones montagneuses, M. Frock et les gestionnaires de JF dépendent de leur équipement et de leur concessionnaire pour assurer l'entretien des machines rapidement et efficacement, et ce, quel que soit l'endroit où leur travail les mène. D'ailleurs, M. Frock ne tarit pas d'éloges pour l'entreprise John Deere, mais aussi pour son concessionnaire John Deere, Murphy Tractor.

John Deere allège vos tâches

« Sur ce projet, nous utilisons des excavatrices 350G LC, 290G LC, 240D LC, 200C LC et 200D LC, trois bouteurs chenillés à flèche latérale 700J et 650J et deux bouteurs chenillés 850J. Grâce à cet équipement productif et à l'efficacité de nos concessionnaires à le maintenir en excellent état de fonctionnement, alors qu'une seule phase du projet nous avait été attribuée au départ, nous en avons obtenu les trois phases.

« C'est ce qui arrive dans ce secteur lorsqu'on respecte les échéances et les budgets : on est récompensé par de nouveaux contrats. »

Toutefois, le travail à l'extérieur et la conduite de l'équipement lui manquaient. Il a donc fait l'acquisition d'A Concrete. L'achat de l'entreprise a été une décision fortuite : il y avait un manque de béton, mais comme l'entreprise avait établi de bons comptes, elle obtenait toujours les matériaux dont elle avait besoin. « De nombreuses entreprises avaient de la difficulté à obtenir du béton, mais comme la nôtre avait toujours été fidèle à son fournisseur local de béton prémélangé, ce dernier prenait soin de nous. »

« Nos concessionnaires font tout leur possible pour servir les clients »

M. Frock attribue également sa réussite à son excellente équipe, pour la rapidité avec laquelle elle a mené à bien ce projet, y compris son gendre, coordonnateur des activités, Luke Defibaugh. « Murphy y travaille 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 », affirme M. Defibaugh. « L'équipe est prête à tout pour éviter une panne. D'ailleurs, malgré l'ampleur de ce projet et le fait que nous nous trouvons à environ 90 minutes de route de tout concessionnaire d'équipement, Murphy a proposé une solution ingénieuse : un camion de pièces stationné sur place pour toute la durée du projet et rempli des pièces d'usure les plus courantes. Murphy s'occupe de rassembler et de gérer les stocks et ne nous facture que les pièces que nous utilisons.

« Nous avons un technicien sur place avec une clé qui lui permet d'accéder aux tuyaux, aux dents de godet et à tout autre article d'usage courant sans avoir à appeler et attendre l'arrivée des pièces. Cette manière, qui est typique de John Deere, de maintenir les machines en état de fonctionnement nous a permis de respecter notre calendrier. »