Nos offres   06 octobre 2015

Il ne faut jamais dire jamais

Au début du 20e siècle, plus de 20 millions d'immigrants sont entrés aux États-Unis. Parmi eux se trouvait le grand-père de Justin Johnson, propriétaire d'A Concrete, Inc., à Loveland, au Colorado.

L'histoire de son grand-père ressemble à celle de bien des immigrants partis de rien qui se sont hissés au sommet à la force du poignet. « Il est arrivé de la Grèce en 1906, raconte M. Johnson. Il a fondé une ferme de pommes de terre dans l'ouest du Nebraska. Il a mis en place la première pompe d'irrigation. Les gens croyaient qu'il était fou; il a d'ailleurs commencé à utiliser l'un des premiers extracteurs de pommes de terre et d'autres équipements agricoles de première génération. C'était un pionnier. »

Plus de cent ans plus tard, l'entrepreneuriat est encore bien vivant dans la famille : son petit-fils a fait l'acquisition d'une entreprise de béton avec sa femme en 2005. « Au début, il y avait seulement ma femme, moi et deux employés. Aujourd'hui, nous employons plus de 40 personnes et dirigeons cinq équipes de six personnes. »

Comme son grand-père, M. Johnson mise sur la mécanisation. Il a commencé avec une chargeuse à direction différentielle 250 de John Deere et un concasseur. « Ce que j'aime le plus des chargeuses à direction différentielle de John Deere, c'est leur puissance. C'est ce qui m'a accroché dès le début. »

Aujourd'hui, il possède cinq chargeuses compactes chenillées 323E de John Deere. « Nous sommes passés aux chargeuses compactes chenillées, car leur puissance de poussée est incroyable. Les chenilles font en sorte que la puissance est vraiment transmise au sol, dans des conditions où des pneus déraperaient. Le mauvais temps ne nous ralentit pas. De plus, la chargeuse 323E a la taille idéale. Comme c'est une machine à châssis moyen, elle a une grande capacité de levage, mais peut aussi se faufiler entre deux piquets de clôture. Elle se transporte aussi facilement dans une remorque. »

D'ambulancier à entrepreneur

M. Johnson a fait ses premiers pas dans l'industrie du béton pour payer ses études. « J'apprenais les rouages du secteur du béton en travaillant à bâtir des maisons sur mesure. J'étudiais pour devenir ambulancier, alors je ne pensais pas retravailler dans ce milieu. M. Johnson a finalement travaillé pendant neuf ans comme ambulancier, notamment pour AirLink, dans l'ouest du Nebraska, et dans les ambulances au Colorado.

Toutefois, le travail à l'extérieur et la conduite de l'équipement lui manquaient. Il a donc fait l'acquisition d'A Concrete. L'achat de l'entreprise a été une décision fortuite : il y avait un manque de béton, mais comme l'entreprise avait établi de bons comptes, elle obtenait toujours les matériaux dont elle avait besoin. « De nombreuses entreprises avaient de la difficulté à obtenir du béton, mais comme la nôtre avait toujours été fidèle à son fournisseur local de béton prémélangé, ce dernier prenait soin de nous. »

Un travail de première qualité

Le logo de l'entreprise, un A orange, retient l'attention. C'est toutefois l'engagement à offrir de la qualité qui a fait la réputation de l'entreprise, qui s'est forgée grâce au bouche-à-oreille.

L'entreprise dessert des clients dans le nord du Colorado, de Denver à la frontière du Wyoming, à l'ouest jusqu'à Estes Park et à l'est jusqu'à la frontière du Kansas. Les affaires vont bien. « En 2008, en raison du ralentissement de l'économie, nous avons bâti seulement quatre maisons en un an. Cette année, nous prévoyons en faire 300. »

M. Johnson nous a fait visiter un chantier, à Fort Collins, où une équipe installait une allée et un patio en béton damé. Le quartier est en pleine expansion; les maisons valant des millions de dollar se multiplient à vue d'œil. A Concrete a aussi installé une nouvelle terrasse autour de la piscine de la ville de Windsor. Ce projet a nécessité la destruction et le remplacement de 1 579 m2 (17 000 pi2) de béton. « Le marché résidentiel est en pleine expansion dans la région. J'ai lu que dans le nord du Colorado seulement, environ trois milliards de dollars américains en travaux de béton se feront cette année. »

Sur le chantier, on utilise la chargeuse compacte chenillée 323E pour du nivellement, le transport de terre et le déplacement de la couche de base, de barres d'armature et d'autres matériaux. En plus de pouvoir y ajouter un godet ou des fourches, le conducteur peut y installer un concasseur pour détruire le béton ou une tarière. Le dispositif universel Quik-Tatch™ facilite et accélère le changement d'accessoires.

« Le rendement et la polyvalence de la chargeuse 323E sont incroyables. La capacité de levage et l'équilibre sont super. Nous utilisons des contrepoids pour augmenter encore la stabilité. John Deere a même réussi à intégrer un moteur conforme à la catégorie finale 4 sans sacrifier la puissance. Je tiens fermement à respecter les normes en matière d'émissions. Nous travaillons sur de nombreux projets écologiques. »

Selon M. Johnson, la fiabilité de la machine est aussi exceptionnelle. « À part le remplacement d'un tuyau flexible ou l'entretien périodique, nous n'avons eu aucun problème. C'est très important, car si la machine tombe en panne, il y a six personnes qui ne peuvent rien faire et doivent attendre. Notre calendrier est très chargé en ce moment; nous ne pouvons pas nous permettre de perdre de temps. »

Politique de porte ouverte

L'entretien quotidien est simple et rapide. « Les panneaux latéraux se retirent facilement pour un accès rapide. C'est génial. Il n'est même pas nécessaire de relever la flèche pour accéder au cœur de la machine. Il suffit de faire pivoter la cabine et d'enlever le plancher. Ça ne prend que quelques minutes. C'est très très facile. Avant, ça nous prenait une demi-journée pour y arriver! »

Alors qu'il se trouvait au salon professionnel World of Concrete® à Las Vegas il y a quelques années, M. Johnson avait demandé l'ajout de panneaux faciles à enlever au kiosque « Chatterbox » de John Deere, qui visait à recueillir les suggestions des clients. « Les clients ont parlé et John Deere a écouté. Ces panneaux latéraux étaient difficiles à enlever. Maintenant, c'est facile. Tout est très accessible. C'est toute une amélioration! »

M. Johnson aime aussi la cabine confortable, un autre changement inspiré par les clients. « La visibilité est meilleure, il y a moins de bruit et les commandes sont géniales. Nos employés aiment l'équipement de qualité; ça facilite leur travail. Un employé heureux est beaucoup plus susceptible de rester. »

Sur sa chargeuse 323E, M. Johnson a opté pour le ventilateur à inversion qui s'inverse automatiquement pour éliminer l'accumulation de débris risquant de causer de l'obstruction. « Le ventilateur enlève tous les débris du compartiment moteur pour vous éviter de devoir le faire avec un boyau. Cette caractéristique fait vraiment gagner du temps. »

La transmission à deux vitesses en option permet aussi d'accélérer le travail. « Les deux vitesses nous permettent d'aller d'un point A à un point B beaucoup plus rapidement. » M. Johnson a récemment fait une visite de quatre usines de John Deere, notamment les usines de fabrication d'équipement de construction à Dubuque et Davenport.

« Les employés de John Deere sont si fiers de leur travail. Ils ont bien raison – ils fabriquent d'excellentes machines! »