Un tracteur en mer

L'Enterprise est une péniche de débarquement convertie pour récolter des moules

Rien ne ferait plus plaisir à Phil Cruver que d'aiguiser votre appétit pour de succulentes moules cultivées.

Le président et directeur-général de Catalina Sea Ranch parle avec passion des avantages économiques et gastronomiques de la récolte de moules dans les eaux limpides au large du sud de la Californie qu'on envoie rapidement aux consommateurs, fraîches et vivantes.

Il a une si grande confiance en la qualité des moules fraîches par rapport à celles congelées et importées qu'il croit qu'elles pourraient augmenter leur consommation par habitant aux États-Unis, qui n'est que d'un tiers de livre par an. Il espère éventuellement passer à l'exportation de ce crustacé.

Calania Sea Ranch a attiré des investisseurs et a obtenu le soutien du gouvernement à titre de première installation opérationnelle d'aquaculture en mer à avoir reçu un permis fédéral aux États-Unis. À près de 10 kilomètres au large de la côte, environ 1,5 millions de moules sont suspendues à une série de cordes sous la surface de l'eau jusqu'à une profondeur de 45 mètres (150 pieds). L'exploitation s'étend actuellement sur un peu plus de 40 hectares et Cruver prévoit en doubler la taille et y ajouter d'autres espèces de fruits de mer, comme des huitres et des cultures d'algues.

L'Enterprise, une péniche de débarquement convertie de 22 mètres (72 pieds), assure le bon fonctionnement des opérations d'aquaculture. Le navire est doté de beaucoup d'espace de pont et est équipé d'outils spécialisés pour la récolte des moules et la gestion de palangre. Cependant, lorsque Cruver a acheté le navire de 64 ans, ses moteurs crachaient des « nuages de fumée » et avait grandement besoin d'être remis à neuf.

Aujourd'hui, équipé de deux nouveaux moteurs marins PowerTech™ 6135AFM85 de catégorie finale 3/phase IIIA, l'Enterprise fonctionne mieux que jamais.

Matt Grant est le capitaine du navire. Lui et ses deux membres d'équipage opère le navire et son équipement de pont. Le navire effectue différents travaux de culture, comme le réglage des ancrages et des flotteurs et le réapprovisionnement des moules. Lorsqu'il effectue la récolte des moules, l'Enterprise peut accumuler jusqu'à 2 000 livres à bord en une journée. Ce qui est loin d'être un problème pour les moteurs, affirme Grant. « Les moteurs vont normalement de 1400 à 1500 tr/min, ce qui nous donne une vitesse de 8,5 à 9 nœuds. Même lorsque le bateau est à pleine capacité, on atteint des vitesses similaires. »

Cruver indique que l'économie en carburant s'est également grandement améliorée après la remise à neuf. « L'Enterprise est utilisé au moins cinq jours par semaine, pour environ une heure et 15 minutes par trajet », explique-t-il. « À une vitesse de 8 à 10 nœuds, l'économie de carburant est merveilleuse. » « Ce sont des moteurs à bon rendement, ce qui est très important pour nos finances. »

À une vitesse de 8 à 10 nœuds, l'économie de carburant est merveilleuse. Ce sont des moteurs à bon rendement.

Matt Grant
Capitaine