Né sous une bonne étoile

BelemDes moteurs en route pour la France, pour que le Belem soit prêt à Bordeaux.

Le Belem, un navire de commerce construit en 1896, fait la fierté de la France. En effet, il s’agit d’un trois-mâts barque français du 19e siècle navigant encore en haute mer. Au cours de ses 118 ans d’histoire, il a échappé de près à une éruption volcanique, à un tsunami et aux périls d’innombrables conflits humains.

Depuis son premier voyage en mer, le Belem semble être né sous une bonne étoile. Construit près de Nantes, en France, il tire son nom du port brésilien où la famille de ses propriétaires avait fondé un poste de traite plusieurs générations auparavant. Le Belem a échappé au malheur pour la première fois le 8 mai 1902; il était prévu qu’il mouille à Saint-Pierre, en Martinique, mais le port était plein. Il a donc été forcé de s’ancrer un peu plus haut sur la côte. Pourtant, ce qui semblait être un coup du sort s’est avéré être une bonne fortune. Le matin suivant, le volcan de la montagne Pelée est entré en éruption et a massivement endommagé tous les navires qui mouillaient au port de Saint-Pierre. Le Belem, lui, fut entièrement épargné.

Le Belem a navigué sous pavillon français, anglais et italien et a été possédé par des hommes célèbres, notamment Sir Arthur Ernest Guinness de la brasserie Guinness. Appartenant aujourd’hui à la Fondation Belem, il sert de navire-école et de musée, et représente la France lors d’événements partout dans le monde. La Fondation Belem a pour but de veiller à rendre ce navire accessible au plus grand nombre de personnes possible. Elle offre des voyages de formation ouverts à tous et accueille chaque année plus de 1 200 personnes souhaitant apprendre les rudiments de la navigation sur ce magnifique navire. À quai, en tant que musée, il attire 25 000 visiteurs chaque année.

Tout récemment, le Belem a été confronté à un autre défi : une course contre la montre pour installer et tester de nouveaux moteurs et un nouveau boîtier d’engrenages avant le 16 mars 2013. Ce jour-là, il devait constituer la principale attraction de l’inauguration du pont Jacques Chaban-Delmas à Bordeaux, dans le sud de la France, à laquelle devaient participer une foule de dignitaires.

La Fondation Belem a fait appel à John Deere pour s’équiper de deux moteurs PowerTech™ 6135AFM de 429 kW (575 ch) et satisfaire à ses exigences en matière de fiabilité, de puissance, de bruit et de facilité d’entretien.

Ces nouveaux moteurs ont accru la vitesse de croisière du navire, et lui ont conféré une plus grande stabilité et une plus grande vélocité dans les hautes vagues. Dans les ports, l’amarrage à quai est devenu plus facile et plus sécuritaire, puisque le Belem peut maintenant avancer, tourner et quitter le quai sans assistance. Le couple du moteur, le boîtier d’engrenage et le système de commande électronique ZF SmartCommand forment un ensemble parfait.

Le Belem a ainsi pu naviguer fièrement sous le pont Jacques Chaban-Delmas sous les yeux et les encouragements de milliers de personnes, y compris des hommes politiques et des dirigeants d’entreprise. Une chose est sûre : où qu’il aille, le Belem est aimé de tous.

Les nouveaux moteurs ont permis d’augmenter la vitesse de croisière du navire et lui ont donné plus de stabilité et de rapidité en cas de forte houle.

Côte de l’AtlantiqueEuropeVéhicules récréatifs marinsPropulsionGrands voiliers