Communiqués de presse   February 17, 2017

Deere fait état de recettes de 194 millions pour le premier trimestre

  • La faiblesse des marchés de l’équipement agricole et de l’équipement de construction nuit aux résultats.
  • La mise en place d’une structure de coûts plus efficace est sur la bonne voie.
  • Les marchés agricoles clés montrent des signes de stabilisation.
  • Les prévisions pour l’ensemble de l’exercice laissent présager des ventes accrues et des recettes de 1,5 milliard de dollars.

MOLINE (Illinois), le 17 février 2017 — Les bénéfices nets réalisés par Deere & Company ont été de 193,8 millions de dollars, ou 0,61 $ par action, au premier trimestre ayant pris fin le 29 janvier, comparativement à 254,4 millions de dollars, ou 0,80 $ par action, pour la période s’étant terminée le 31 janvier 2016. Les ventes et recettes nettes mondiales au premier trimestre ont augmenté de 2 %, pour s’établir à 5,625  milliards de dollars, comparativement à 5,525 milliards de dollars lors de l’exercice antérieur. Les ventes nettes des activités liées à l’équipement se sont chiffrées à 4,698 milliards de dollars pour le trimestre, comparativement à 4,769 milliards de dollars pour l’exercice précédent.« John Deere a commencé l’exercice sur une note positive compte tenu du maintien de la faiblesse du marché », indique Samuel R.Allen, président et chef de la direction. « Bien que les ventes et les recettes du trimestre ont été quelque peu inférieures à l’an passé, tous nos secteurs d’activité sont demeurés très rentables. Le rendement de Deere a présenté des bénéfices supplémentaires issus de la mise en œuvre judicieuse de ses plans d’exploitation, de la force d’un vaste portefeuille de produits et de l’incidence d’une structure de coûts plus souple. Parallèlement, certains signes nous laissent croire qu’après plusieurs années de baisses très importantes, les marchés agricoles clés sont peut-être en cours de stabilisation », ajoute M. Allen. Résumé des activités — Les ventes nettes des activités mondiales liées à l’équipement ont diminué de 1 % pour le trimestre. Le chiffre d’affaires comprenait une réalisation des prix de 2 % et un effet favorable de conversion de devises de 1 %. Les ventes nettes d’équipement aux États-Unis et au Canada ont diminué de 8 %. À l’extérieur des États-Unis et du Canada, les ventes nettes ont augmenté de 11 %, grâce à un effet favorable de conversion de devises de 1 %.Les activités de vente d’équipement de Deere ont indiqué un bénéfice d’exploitation de 247 millions de dollars pour le trimestre, comparativement à 214 millions de dollars en 2016. Les améliorations pour le trimestre s’expliquent en grande partie par la réalisation des prix, compensée en partie par les dépenses liées au programme de cessation d’emploi volontaire précédemment annoncé, les frais de garantie accrus et les effets défavorables de l’échange de devises étrangères. De plus, le présent trimestre a bénéficié d’un gain sur la vente d’une participation partielle dans la société affiliée non consolidée SiteOne Landscape Supply, Inc. Les bénéfices nets des activités de l’entreprise se rapportant à l’équipement ont été de 80 millions de dollars pour le trimestre, par rapport à 127 millions de dollars pour la même période l’année dernière. En plus des facteurs d’exploitation susmentionnés, un taux d’imposition effectif accru en 2017 a fait baisser les résultats trimestriels.Les services financiers ont fait état de bénéfices nets réalisés par Deere & Company de 114,4 millions de dollars pour le trimestre, en comparaison avec 129,4 millions de dollars lors de l’exercice précédent. Cette baisse trimestrielle est principalement due au cadre de financement moins favorable et aux dépenses attribuables aux départs volontaires.Sommaire et perspectives de l’entreprise — Les ventes d’équipement de l’entreprise devraient augmenter d’environ 4 % dans le cadre de l’exercice 2017 et d’environ 1 % au deuxième trimestre, comparativement aux mêmes périodes en 2016. Les taux des devises étrangères ne devraient pas avoir une incidence importante due à la conversion sur les ventes d’équipement pour l’exercice ou le deuxième trimestre. Les ventes et les recettes nettes devraient s’accroître d’environ 4 % lors de l’exercice 2017, avec un bénéfice net attribuable à Deere & Company d’environ 1,5 milliard de dollars.Au cours des quatre trimestres de 2016, l’entreprise a annoncé la mise sur pied des programmes de cessation d’emploi volontaire aux États-Unis, dans le cadre des efforts visant à réduire les coûts d’exploitation. Les dépenses totales avant impôts engendrées par les programmes sont évaluées à 111 millions de dollars. De ce montant, 11 millions ont été inscrits au quatrième trimestre de 2016 et 94 millions au premier trimestre de 2017, et 6 millions devront être consignés pendant le reste de l’année. Les économies issues des programmes de cessation d’emploi devraient atteindre environ 70 millions de dollars en 2017.« Deere continue d’avoir un bien meilleur rendement que lors des ralentissements économiques qui ont touché le secteur agricole par le passé » signale M. Allen. « Cela témoigne de notre réussite continue dans l’élaboration d’un modèle d’entreprise viable et d’un plus large éventail de sources de revenus. Qui plus est, les efforts que nous déployons afin d’améliorer l’efficacité de l’exploitation ont le vent en poupe et nous sommes convaincus de pouvoir réduire les frais structurels d’au moins 500 millions de dollars d’ici la fin de 2018. Ces mesures renforcent notre conviction que Deere est bien placée pour en donner pour leur argent aux clients et aux investisseurs à l’avenir » ajoute-t-il.Rendement de la division de l’équipement

  • Agriculture & Turf Les ventes n’ont pas changé pour le trimestre en raison du nombre d’expéditions en baisse et des frais de garantie accrus, compensés par la réalisation des prix et les effets favorables de la conversion de devises. Le bénéfice d’exploitation a été de 213 millions de dollars, comparativement à 144 millions de dollars l’an dernier. Les améliorations trimestrielles s’expliquent en grande partie par la réalisation des prix et un gain sur la vente d’une participation partielle dans la société SiteOne Landscape Supply, Inc. Ces facteurs ont été compensés en partie par les dépenses liées à la cessation d’emploi volontaire, les frais de garantie accrus et les effets défavorables de l’échange de devises étrangères.

 

  • Construction & Forestry Les ventes des activités de construction et de foresterie ont baissé de 6 % pour le trimestre, principalement à cause du nombre réduit d’expéditions et des frais accrus des incitatifs à la vente. Le bénéfice d’exploitation a été de 34 millions de dollars pour le trimestre, comparativement à 70 millions de dollars en 2016. Cette baisse trimestrielle est principalement due aux dépenses accrues liées aux incitatifs à la vente et au programme de cessation d’emploi volontaire.

Situation et perspectives du marché

  • Agriculture & Turf Les ventes mondiales d’équipement agricole et d’entretien des pelouses Deere devraient augmenter d’environ 3 % au cours de l’exercice 2017, et la conversion de devises ne devrait pas avoir d’effet important. Les ventes d’équipement agricole de l’industrie aux États-Unis et au Canada devraient diminuer de 5 à 10 % en 2017. Cette baisse, qui témoigne la faiblesse du secteur de l’élevage et les répercussions constantes des faibles prix des produits agricoles, devrait avoir une incidence sur l’équipement de grande et de petite taille. En 2017, les ventes de l’industrie dans les pays membres de l’UE28 devraient chuter d’environ 5 %, en raison de la baisse des prix des denrées de base et des revenus agricoles. En Amérique du Sud, les ventes industrielles de tracteurs et de moissonneuses-batteuses devraient monter de 15 à 20 % en raison de l’amélioration de la situation politique te économique au Brésil et en Argentine. En Asie, les ventes devraient demeurer inchangées ou augmenter légèrement, compte tenu de la hausse des ventes en Inde. Les ventes d’équipement utilitaire et d’entretien des pelouses de l’industrie aux États-Unis et au Canada ne devraient pratiquement pas changer en 2017, et les ventes de Deere devraient surpassées celles de l’industrie.

 

  • Construction & Forestry Les ventes mondiales d’équipement de construction et de foresterie de Deere devraient connaître une hausse d’environ 7 % en 2017, et la conversion de devises ne devrait pas avoir d’effet important. Les prévisions reflètent une croissance économique mondiale modérée. Dans le secteur de la foresterie, les ventes mondiales devraient se maintenir ou baisser de jusqu’à 5 %, la faiblesse du marché nord-américain atténuant la vigueur d’autres régions.

 

  • Services financiers Le bénéfice net de l’exercice 2017 attribuable à Deere & Company pour les activités des services financiers devrait être d’environ 480 millions de dollars. Comparativement au rendement de la division en 2016, les perspectives reflètent une baisse des pertes sur les valeurs résiduelles des baux, atténuée en partie par un cadre de financement moins favorable et une provision accrue pour pertes sur prêts.

John Deere Capital Corporation — Les renseignements suivants sont divulgués au nom de la filiale de services financiers de l’entreprise, John Deere Capital Corporation (JDCC), relativement aux obligations d’information applicables à l’émission périodique de titres de créance sur le marché public par cette dernière. Le bénéfice net attribuable à JDCC était de 74,2 millions pour le premier trimestre, comparativement à 99,9 millions lors de l’exercice précédent. Cette baisse trimestrielle est principalement due au cadre de financement et de dépenses moins favorable relatif au programme de cessation d’emploi volontaire précédemment annoncé. Les créances nettes et les contrats de location financés par JDCC s’élevaient à 30,643 milliards au 29 janvier 2017, comparativement à 31,510 milliards au 31 janvier 2016.

Règle d’exonérationRègle d’exonération aux termes de la « Private Securities Litigation Reform Act » de 1995 : Les énoncés sous « Company Outlook & Summary, » (sommaire et perspectives de l’entreprise) et « Market Conditions & Outlook, » (situation et perspectives du marché) ainsi que les autres énoncés prospectifs ci-inclus se rapportant à des prévisions, des tendances et des événements futurs mettent en cause des facteurs sujets à changement et des risques et des incertitudes pouvant entraîner des différences importantes dans les résultats réels. Certains de ces risques et incertitudes pourraient avoir une incidence sur des secteurs d’activité en particulier, alors que d’autres pourraient influer sur toutes les activités de l’entreprise. Le secteur de l’équipement agricole de l’entreprise fait l’objet de certaines incertitudes, notamment les facteurs qui influencent la confiance et la situation financière des agriculteurs. Ces facteurs comprennent la demande pour les produits agricoles, les stocks de grains mondiaux, les conditions météorologiques, les conditions du sol, les rendements des récoltes, les prix des produits et du bétail, les dépenses de production de bétail et de cultures agricoles, la disponibilité du transport des récoltes, la croissance et la viabilité des usages non alimentaires de certaines cultures (notamment l’éthanol et le biodiesel), la valeur des biens immobiliers, la superficie disponible pour l’agriculture, les politiques gouvernementales en matière de propriété des terres, les changements aux programmes et politiques agricoles des gouvernements, la réaction à l’étranger à l’égard de ces programmes, les changements aux règlements environnementaux et leur incidence sur les pratiques agricoles, les changements et les effets des programmes d’assurance-récolte, les accords commerciaux mondiaux, les maladies des animaux et leurs conséquences sur la consommation et les prix de la volaille, du bœuf et du porc, les ravageurs et les maladies des cultures et les exportations de produits agricoles (y compris les préoccupations relatives aux organismes génétiquement modifiés). Les facteurs exerçant une influence sur les perspectives du secteur des équipements utilitaires et de l’entretien des gazons de l’entreprise comprennent la confiance des consommateurs, les conditions météorologiques, la rentabilité de la clientèle, les tendances en matière d’emprunt des consommateurs, les préférences en matière d’achat des consommateurs, les mises en chantier, l’investissement dans l’infrastructure, les dépenses des municipalités et des terrains de golf et le coût des intrants des produits consommables. Les habitudes de dépense des consommateurs, les prix de l’immobilier et des habitations, le nombre de mises en chantier, les taux d’intérêt et le nombre de constructions publiques et non résidentielles jouent un rôle important dans les ventes et les résultats du secteur de l’équipement de construction et de foresterie de l’entreprise. Les prix de la pâte, du papier, du bois et des panneaux structuraux sont importants pour les ventes d’équipement de foresterie. L’ensemble des secteurs d’activité de l’entreprise et leurs résultats sont touchés par la conjoncture économique générale des marchés et secteurs mondiaux où l’entreprise exerce ses activités. Cette conjoncture dépend de facteurs comme la confiance des consommateurs dans la situation économique générale; les dépenses et les taxes gouvernementales; les taux de change et leur instabilité, en particulier les fluctuations de la valeur du dollar américain; les taux d’intérêt; les taux d’inflation et de déflation; les changements des régimes climatiques; la stabilité politique et sociale des marchés mondiaux où l’entreprise mène ses activités; les conséquences et les réactions relatives au terrorisme et aux menaces à la sécurité; les guerres et autres conflits; les catastrophes naturelles et la propagation d’épidémies d’envergure.Les modifications importantes concernant la situation de la liquidité du marché, les variations des cotes de crédit de l’entreprise et le non-respect des engagements financiers des accords de crédit pourraient influer sur l’accès au financement et les frais de financement, ce qui pourrait réduire les recettes et les flux de trésorerie de l’entreprise. Les conditions sur les marchés financiers pourraient également avoir un effet négatif sur l’accès de la clientèle aux capitaux permettant d’acheter les produits de l’entreprise, la confiance et les décisions d’achat des clients, les pratiques d’emprunt et de remboursement et le nombre et l’importance des défauts et des défaillances de remboursement de la clientèle. Une crise d’endettement, en Europe ou ailleurs, pourrait nuire aux devises, aux marchés financiers mondiaux, à la stabilité politique et sociale, aux sources et aux frais de financement, aux valeurs des actifs et des obligations, aux clients, aux fournisseurs, à la demande en équipement et aux activités et aux résultats de l’entreprise. Les activités de gestion des placements de l’entreprise pourraient être compromises par des changements dans le marché des actions, des obligations ou dans d’autres marchés, ce qui nuirait aux recettes.L’éventuel retrait du Royaume-Uni de l’Union européenne et les répercussions possibles de cette sécession pourraient avoir des effets néfastes sur l’activité commerciale, la stabilité politique et la conjoncture économique au Royaume-Uni, dans l’Union européenne et ailleurs. La situation et les perspectives économiques pourraient être encore plus touchées par (i) l’incertitude entourant le moment et les termes du retrait, (ii) de nouveaux accords commerciaux ou des accords modifiés entre le Royaume-Uni et les autres pays, (iii) le risque qu’un ou plusieurs autres pays de l’Union européenne soient soumis à des pressions croissantes de quitter l’Union européenne, ou (iv) le risque de voir l’euro ne plus être la devise unique de la zone euro. N’importe quel de ces événements, ou l’impression qu’un d’entre eux est susceptible de se produire, pourrait influencer la croissance économique ou l’activité commerciale au Royaume-Uni ou dans l’Union européenne; mener à la délocalisation des entreprises, à l’interruption des activités, à la récession économique ou à la dépression; et nuire à la stabilité des marchés financiers, à la disponibilité du crédit, aux taux de change, aux taux d’intérêt, aux institutions financières et aux systèmes politique, financier et monétaire. L’un ou l’autre de ces événements pourraient avoir une incidence sur nos activités, notre liquidité, nos résultats d’exploitation et notre situation financière.D’autres facteurs qui pourraient influencer de façon notable les activités, l’accès au capital, les dépenses et les résultats de l’entreprise comprennent les modifications, les incertitudes et les répercussions relatives aux politiques commerciales, monétaires, bancaires et budgétaires gouvernementales, notamment les réformes de la réglementation financière et leurs effets sur le secteur de la finance des consommateurs, les instruments dérivés, les frais de financements et d’autres aspects, et les programmes, les politiques, les tarifs et les sanctions du gouvernement dans certains territoires ou dans l’intérêt de certaines industries ou certains secteurs; les mesures prises par les banques centrales, les organismes de réglementation des valeurs mobilières et de réglementation financière, les organismes de réglementation dans les domaines de l’environnement, de la santé et de la sécurité, y compris les organismes liés aux émissions des moteurs et aux émissions de carbone et autres gaz à effet de serre, au bruit et aux effets du changement climatique; les changements relatifs aux bandes de radiofréquences GPS ou à leurs utilisations permises; les changements dans la réglementation du travail, les normes comptables, les taux d’imposition, les budgets des dépenses et la réglementation et les mesures d’entreprise qui s’y rapportent; la conformité aux lois des États-Unis et aux lois étrangères lors de l’expansion vers de nouveaux marchés et autrement; et les mesures prises par d’autres organismes de réglementation.D’autres facteurs qui pourraient modifier considérablement les résultats comprennent les innovations et les difficultés afférentes à la production, à la conception et à la technologie, notamment les prix et les contraintes en matière de capacité et d’approvisionnement; la perte ou la contestation de droits de propriété intellectuelle, qu’il s’agisse de vol, de contrefaçon ou autres; la disponibilité et les prix des matières, des composants et des produits d’approvisionnement stratégique; les retards et les perturbations dans la chaîne d’approvisionnement de l’entreprise ou la perte de liquidités par les fournisseurs; les perturbations qui touchent les infrastructures dont dépendent les communications, les activités ou la distribution; le non-respect, par les fournisseurs ou l’entreprise, des lois, des règles et des politiques entrepreneuriales en matière d’emploi, de droits de la personne, de santé, de sécurité, d’environnement, de lutte anticorruption, de protection de la vie privée et des renseignements et autres règles d’éthique professionnelles; les événements qui portent préjudice à la réputation et à la marque de l’entreprise; les enquêtes, réclamations, poursuites et autres procédures judiciaires d’importance; le lancement de nouvelles usines ou de nouveaux produits; la réussite des lancements de produits; les changements dans les préférences de la clientèle en matière de produits et dans la composition du chiffre d’affaires; les lacunes ou les limites de l’accès aux services à large bande en milieu rural, la capacité et la vitesse nécessaires pour prendre en charge les solutions technologiques; les prix du pétrole et de l’électricité, l’approvisionnement et l’instabilité; la disponibilité et le coût du transport; les activités des concurrents dans les différents secteurs où l’entreprise œuvre, la réduction marquée des prix; les pratiques des concessionnaires, en particulier les niveaux des inventaires de terrain neufs ou usagés; les changements dans la demande et les tarifs de l’équipement usagé et les conséquences sur les valeurs résiduelles des baux; les contrats et les relations de travail; les variations de la capacité à attirer, à former et à garder le personnel compétent; l’acquisition ou la vente d’entreprises; l’intégration de nouvelles entreprises; la mise en œuvre des changements organisationnels; les problèmes liés à la conversion et à la mise en œuvre des systèmes de planification des ressources d’entreprise; les atteintes à la sécurité et autres perturbations de l’infrastructure de technologie de l’information de l’entreprise et des fournisseurs; les changements dans les dividendes déclarés de l’entreprise et dans l’émission et le rachat d’actions ordinaires, le niveau et le financement des prestations de retraite des employés, la valeur marchande des placements, les taux relatifs à la rémunération, à la retraite, à l’actualisation et à la mortalité ayant une incidence sur les coûts des prestations de retraite; et les changements importants dans les coûts liés aux soins de santé.Les liquidités et le maintien de la rentabilité de John Deere Capital Corporation et des autres filiales de crédit dépendent grandement de l’accès en temps opportun au capital afin de répondre aux besoins de trésorerie futurs et de financer les activités, le coût et l’achat des produits de l’entreprise. Si la situation économique générale se détériore ou si les marchés financiers deviennent instables, le financement pourrait devenir inaccessible ou insuffisant. De plus, le niveau de confiance de la clientèle pourrait causer la baisse des demandes de crédit et la hausse des défaillances et des taux de défaillance, ce qui pourrait avoir d’importantes répercussions sur les montants radiés et les provisions pour pertes sur créances.Les perspectives de l’entreprise sont fondées sur des hypothèses se rapportant aux facteurs décrits plus haut qui sont parfois basées sur des prévisions et des données préparées par des organismes gouvernementaux. De telles prévisions et de telles données sont souvent révisées. L’entreprise, sauf si la loi l’exige, ne s’engage nullement à mettre à jour ou à revoir ses perspectives, que ce soit à la suite de nouveaux événements ou autrement . De plus amples renseignements relatifs à l’entreprise et à ses activités, notamment les facteurs qui pourraient influencer de façon notable les résultats financiers de l’entreprise, sont inclus dans les autres déclarations remises à la SEC par l’entreprise (y compris, sans toutefois s’y limiter, les facteurs dont il est question à l’article 1A. Les facteurs de risque du plus récent rapport annuel de l’entreprise sur le formulaire 10-K et les rapports trimestriels sur le formulaire 10-Q).

 

 

Le présent communiqué de presse, les faits saillants et d’autres données financières sont offerts au format PDF.

Pour obtenir plus de renseignements, les médias d’information doivent communiquer avec :

Ken Golden Directeur des relations publiques Deere & Company 309 765-5678