14 août 2015

Courage

Il y a deux ans, un accident ischémique cérébral (AIC) a terrassé Bobby Harmon de Steep Falls, au Maine. Mais il semblerait qu'on se soit trompé de victime. Bobby Harmon et son frère, Dennis, sont copropriétaires de C.W. Harmon Excavating de Standish, au Maine, et ni l'un ni l'autre n'est du genre à s'incliner face à un défi. « Bobby ne laissera pas un AIC l'empêcher de faire ce qu'il veut faire, soit conduire une excavatrice pour notre entreprise familiale. Il est convaincu de pouvoir s'en remettre, et les chances semblent favorables. » En fait, Bobby a déjà réussi contre toute attente.

Un battant

Bien que C.W. Harmon Excavating ait surtout employé des excavatrices de concurrents, le personnel du concessionnaire Deere Nortrax avait entendu parler de l'accident de Bobby et de sa réadaptation en cours. « Le milieu de la construction est très uni dans le sud du Maine, de sorte que tout le monde apprend ce qui se passe de bon ou de moins bon », explique Dana Milair, vendeur chez Nortrax. Heureusement, ses collègues et lui ont eu une excellente idée.

« Le centre de formation de John Deere a mis au point un formidable simulateur d'excavatrice comprenant un vrai siège, des commandes de type excavatrice ou rétrocaveuse avec manettes et pédales, et un écran qui projette un environnement de travail réaliste permettant au conducteur d'aiguiser ses compétences. On s'en sert dans les expositions commerciales et pour la formation des clients, mais nous avons pensé l'exploiter pour favoriser la réadaptation de Bobby lorsqu'il n'est pas utilisé. »

L'équipe de thérapeutes de Bobby a tout de suite perçu les avantages d'ajouter le simulateur à son programme de réadaptation. « Le plus difficile, pour un ergothérapeute, c'est de rendre le traitement pertinent pour le patient. Et je n'ai jamais vu un exercice aussi pertinent que celui qui simule aussi intimement le véritable travail du patient comme le fait le simulateur que John Deere a mis au point. Dès que nous avons fait le nécessaire pour l'installer dans sa chambre, l'intérêt de Bobby pour sa réadaptation a considérablement augmenté. »

Effort héroïque à domicile

Quelques mois après avoir obtenu son congé de l'hôpital, Bobby s'est trouvé insatisfait de ses progrès. « Quoi que je fasse, je n'arrivais pas à rester concentré comme sur le simulateur, dit-il. J'ai donc appelé Nortrax pour savoir s'il me serait possible de louer la machine. On n'a rien voulu entendre, et mon bon ami Dana est arrivé chez moi avec le simulateur. Depuis, je m'entraîne dessus chaque jour. »

Gratitude

Malgré les difficultés passées et à venir, Bobby se considère privilégié, notamment de bénéficier du soutien de son épouse, Tammy, de son fils, Chandler, de son frère, Dennis, de son père, Clarence et du reste de la famille. « Je dois ajouter Dana et le personnel de Deere à cette liste. On se sent humble quand tant de gens se rassemblent à vos côtés pour vous épauler dans les moments difficiles. »

« Ma femme est extraordinaire. Elle me tenait la tête à l'unité de soins spéciaux du centre médical du Maine et me chantait : "Dieu t'a donné à moi pour les hauts et les bas." En août, Tammy et moi sommes allés à un mariage, et nous avons dansé sur cette chanson. Ç'a été le moment le plus beau et le plus édifiant qui me soit arrivé. Je suis un homme privilégié. »

En effet, Bobby. À bientôt sur le chantier.